Agenda des concerts

2022
Mars

Valentina Rebaudo et Joachim Forlani, à la clarinette, et Sébastien Gex au cor de basset se sont lancé le défi de transcrire en trio des oeuvres classiques symphoniques ! Une prouesse, et qui fonctionne ma fois fort bien !

Entrez avec nous dans la salle de concert de La Goulue avec l'”Orchestre Trio Opera Viva” pour y écouter l’Ouverture des “Noces de Figaro” de Mozart, suivie de la 47e Symphonie de Haydn puis de la Symphonie N° 40 de Mozart !

Lire la suite…

Les amis, que diriez-vous si nous nous offrions une promenade musicale à travers le siècle… Bien sûr, le XXe, quel autre ? Avec un peu de la fin du XIXe aussi… Mais qui pourrait bien nous offrir cette petite gâterie rare ? Ben la Compagnie le Pavillon des Singes, bien sûr, au travers d’un petit spectacle musical, fruit d’une exploration des innombrables perles de chansons ayant presque toutes sombré dans l’oubli, mais bien injustement, on vous l’assure ! Oh, il y aura quand-même moyen de retrouver quelques connues… Et comptez pas sur moi pour vous dévoiler les titres: faut venir, et ils vous feront découvrir tout ça mieux qu’une liste de chansons, pi faut pas effeuiller la belle, vous la découvrirez à La Goulue sous ses plus beaux atours, je ne vous dit que ça…

Ah oui: la Compagnie le Pavillon des Singes, Kesako ? Une fameuse bande de copains comédiens-chanteurs, qui poussent méchamment bien la chansonnette, avec force gags, petites anecdotes et clins d’oeil divers. OK, vous voulez la liste des potes, ben la voilà: en tout bien tout honneur, la dame d’abord: Claudine Berthet la tendre, puis Frank Arnaudon, qui, outre chanter, met en scène le tout. Puis Frank Michaux bien sûr, et last but not least: Paul Kapp, sans le piano duquel les chansons seraient bien à nu, et qui mitonne des petits bijoux d’arrangements.

La Compagnie des Singes

Lire la suite…

Mai

“La Rivera” est composé de 2 instrumentistes plus une chanteuse: Émilie Mory, vielle et chant; Julia Zimina, guiterne et luth médiéval. La magnifique soprano Marjeta Cerar leur tiendra compagnie dans ce programme composé de chants de trouvères, d’oeuvres de Guillaume de Machaut, Guillaume Dufay et Gilles Binchois, et de quelques pièces tirées du manuscrit de Bayeu ainsi que du Lochamerliederbuch.

Ce beau programme de la fin du Moyen Âge nous fera (re)découvrir les instruments qui ont précédé les instruments baroques, et des mélodies & harmonies d’un autre temps, mais d’une grande beauté: La Goulue s’écarte une fois encore des sentiers battus et nous invite à suivre les pas de “La Rivera” !

“Nostalgies alpestres”, voilà qui résume bien une dimension centrale du romantisme et de son attrait pour la nature sauvage et les montagnes, illustrées par le ténor Tristan Blanchet accompagné au piano par Arman Grigorian au travers d’un beau programme alternant des Lieder de Beethoven (“Adelaide”, op. 46, “An die ferme Geliebte”, op. 98), de Franz Liszt (“La chapelle de Guillaume Tell”, piano; “Lieder aux Schiller’s “Wilhelm Tell” S.292b), et de Franz Schubert (“Waldesnacht” D.708, “Nachtstück” D.672, “Der Jüngling an der Quelle” D.300, “Der Jüngling am Bache” D.638, Der Jüngling aux deg Hügel” D.702), l’incontournable dans cet exercice.

Le chant et le cadre de La Goulue seront propices à l’évocation des grands élans lyriques du romantisme et de de son affinité avec les paysages alpins si proches de nous.

Juillet

Les deux clavecinistes Loris Barrucand et Clément Geoffroy ont concocté un intéressant programme musical intitulé “Fêtes persanes: Rameau, philosophe de l’Orient”, dans lequel ils nous proposent des pièces arrangées pour 2 clavecins à partir de 3 suites tirées des opéras “Zaïs”, “Zoroastre” et “Les Boréades”.

Loris-Barrucand-scaled.jpg

Clément Geoffroy

Loris Barrucand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sera une belle occasion de se frotter à la grande diversité de couleurs musicales de l’immense palette que Jean-Philippe Rameau a si bien su traduire en musique ! Et l’occasion rare d’entendre en concert mes deux clavecins qui vont ainsi remplir La Goulue de leurs timbres si différents.

Le pianiste Christophe Sturzenegger a enregistré ces dernières années 2 CD, l’un consacré à Robert et Clara Schumann, et l’autre à l’oeuvre pour piano, peu connue, de Richard Strauss.

Il vient nous en offrir un choix de belles pages, qui nous permettront d’explorer 2 périodes du romantisme germanique, finalement pas si éloignées l’une de l’autre, dans la mesure où si Richard Strauss est décédé en …1949, sa longue vie l’a amené à composer ses oeuvres pour piano surtout en début de sa carrière, qui fut longue.

Au programme: Intermezzi N° 2 et 5 op. 4, et Variations posthumes op. 13 de Robert Schumann. Romance N° 3 de Clara Schumann. 2 Lieder op. 39 de Clara et Robert Schumann. 2 Lieder (“Morgen” et “Allerseelen”), et Op. 3 de Richard Strauss.

Christophe Sturzenegger est un “musicien complet” et polyvalent: autant corniste que pianiste au plus haut niveau, c’est aussi un compositeur reconnu, ayant reçu des commandes de plusieurs grands orchestres (comme l’OSR), et enfin un chef d’orchestre… Un musicien à découvrir !

Septembre

Comme d’habitude à cette heure, nous ne connaissons pas encore les noms des artistes qui se produiront cette année. Revenez sur cette page ultérieurement, durant l’été en principe, pour prendre connaissance des musiciens et de leur programme.

Oui, chers fidèles des “Concerts à La Goulue”, notre “palmarès” s’étoffe d’année en année, et voici venir le matricule 225 depuis le début de nos saisons de concerts ! Quelque 25 ans de concerts

Depuis le 50e concert, nous fêtons dignement millésime après millésime, en invitant tous les 25 concerts nos dévoués et fidèles et fabuleux improvisateurs aux claviers, j’ai nommé Rudolf Lutz et Emmanuel Le Divellec, des artistes prestigieux qu’il est souvent difficile d’obtenir pour des concerts et qui nous font l’amitié, jusqu’à ce jour, d’honorer ces nombreux jubilés, puisque ce sera le …8e qu’ils nous aideront à fêter dignement ! En naviguant d’un clavecin à l’autre, sans négliger le piano et parfois l’orgue: tous les claviers de La Goulue seront à leur disposition.

Comme d’habitude, ils nous associeront tous à la bonne marche de la soirée, jetant des défis comme dans des matchs d’improvisation théâtrale, ils se défieront mutuellement et nous demanderont de leur proposer sujets, caractères, tonalités… Ce sont toujours des magnifiques moments, et l’occasion aussi d’offrir après le concert une verrée plus étoffée, pour autant, bien sûr, que la situation épidémiologique nous le permette à nouveau…

Accourez nombreux, l’importance de la fréquentation contribue toujours grandement à la chaleur de la soirée, dans tous les sens du terme !

Novembre

Que voilà une proposition très originale de programme musical ! Le duo formé par Charlotte Schneider, flûtiste et Alice Letort, guitariste et luthiste, va nous faire changer de décor en cours de soirée: après avoir joué du traverso Renaissance et du luth pour un programme XVIe siècle, elles poseront ces instruments pour prendre respectivement une flûte traversière et une guitare de la période romantique pour nous offrir un programme …romantique bien sûr, purement XIXe siècle (programme détaillé suivra). Une expérience intéressante à venir découvrir à La Goulue !

Ces deux jeunes musiciennes au talent déjà bien confirmé et curieuses de suivre l’évolution du répertoire musical pour leurs instruments, poussent l’intérêt pour la chose jusqu’à s’approprier les différents instruments descendant les uns des autres au fil de l’histoire de la musique ! Jouer chaque répertoire avec l’instrument approprié est une expérience passionnante mais redoutable. Elles nous en offriront 2 facettes avec la Renaissance et le Romantisme le 4 novembre prochain… Peut-être reviendront-elles ultérieurement pour explorer la période baroque et le XXe siècle, voire la période classique ? L’avenir nous le dira.

Et voilà le retour à La Goulue du cornet à bouquin, ou cornetto, cette fois-ci par la “génération montante”, devenue également concertiste, en l’espèce le talentueux Josquin Piguet, en complicité avec Adrien Pièce, claveciniste et génie des claviers, qu’il n’est plus nécessaire de présenter: il est déjà venu plusieurs fois à La Goulue, notamment début mai dans une autre formation et un autre répertoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux complices en musique exploreront le vaste répertoire de cette période des XVIe et XVIIe siècle qui ont marqué l’âge d’or du cornetto, cet instrument à la sonorité incomparablement veloutée et riche, qui réjouit les oreilles de toutes celles et tous ceux qui ont découvert ce timbre à nul autre pareil. Le tournant du XVIIe siècle qui est une période charnière de l’histoire de la musique, avec comme figure tutélaire le grand Monteverdi, et comme nouveautés l’apparition du madrigalisme, le développement de la virtuosité instrumentale (notamment l’art de la diminution) et l’avènement de l’opéra, mais aussi le foisonnement des chromatismes et des audaces harmoniques. L’Italie est alors au zénith de la musique européenne, marquant de son influence la France et surtout le monde germanique.